Ta source la plus complète consacré au merveilleux et talentueux acteur et chanteur : Adrian Rodriguez Moya !!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatiana
Admin
avatar

Messages : 2528
Date d'inscription : 18/09/2010
Age : 29
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Dim 12 Juin - 23:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Javier es de Las Rozas; Adrián, de Cornellà de Llobregat. Juntos han vivido ya muchas experiencias en Madrid, tanto rodando Física o Química como en sus ratos de ocio. Ahora que dicen adiós a la serie en la que han interpretado a una pareja que ha conquistado a millones de espectadores, les acompañamos en un día libre a descubrir los espacios más llamativos recién inaugurados en el centro de la capital, Madrid Río y el Mercado de San Antón.

Fotos Miguel A. Fernández
Fotos Madrid Río © Promoción Madrid SA 2011
Fotos Mercado de San Antón Carlos Rivas
Entrevista Agustín G. Cascales
Estilismo Miguel Gracia
Maquillaje y peluquería Chema Juncos
Ayte. estilismo Marta Blanco

Nuestra cita con Adrián y Javier se produce días después de que el antepenúltimo capítulo de Física o Química, emitida en Antena 3, sorprendiera con un estupendo e inesperado dato de audiencia, dada su media habitual en su séptima -y última- temporada. ¿El motivo? La trágica muerte de Fer, el personaje que ha interpretado Javier desde que la serie se estrenara en octubre de 2008. Una masacre provocada por un estudiante desequilibrado del instituto Zurbarán rompió para siempre la pareja a la que han dado vida Adrián Rodríguez (David en la serie) y Javier (Fer) en los últimos dos años. La suya es la relación que más ha dado que hablar de todas las propuestas por la serie a lo largo de su emisión, incluso se ha convertido en un referente para muchos adolescentes homosexuales que han agradecido la normalidad con la que se han mostrado sus idas y venidas en la ficción.

Javier y Adrián son los primeros que aún no se han repuesto del shock de ver cómo su relación en la serie no tendrá continuidad. Incluso se les hace raro hablar de la serie en pasado, porque el rodaje está prácticamente finalizado. Para Javier han sido cuatro años de intenso trabajo; para Adrián, la mitad. El tiempo que han coincidido lo han pasado sin despegarse, y encantados. Cuatro temporadas de ficción y dos años reales en que Madrid se ha convertido en escenario privilegiado de sus vivencias.

JAVIER CALVO: Madrid es muy importante para los dos, ha sido fundamental en toda la experiencia de Física o Química. Adrián se vino de Barcelona y se instaló aquí, y yo, que soy de Las Rozas, y aún sigo viviendo allí (aunque tengo unas ganas tremendas de independizarme), empecé a conocer toda la magia del centro de Madrid a raíz de la serie. Coges autobuses y taxis para quedar con los compañeros y vas descubriendo un montón de rincones y de sitios. Rodamos muchos exteriores en la plaza Vázquez de Mella y también en Rosales. Ahora lo que quiero es irme a Malasaña o a La Latina a vivir. Para mí Madrid es la ciudad perfecta.

ADRIÁN RODRÍGUEZ: A mí me ha costado cogerle el punto. Me vine a los veinte, y es ahora [a los veintidós] cuando ya lo llevo mejor. Bueno, algo de desorden sigue habiendo en mi cocina, no me termino de acostumbrar... Ni al tráfico, me chupa la energía tanto estrés. Aunque a la vez me encanta que Madrid sea una ciudad con tanto movimiento a cualquier hora del día. A mí, que me gusta tan poco madrugar, me alucina que un lunes por la mañana, antes de las doce del mediodía, haya tanto lío en las calles.

Javier: Y me encanta que, siendo una capital, parezca un enorme barrio, donde es fácil encontrarte con la gente que conoces. Al final tienes la sensación de que estamos todos en los mismos sitios.

Adrián Rodríguez llegó a Física o Química para hacer una breve colaboración con un personaje capitular, David. Poco a poco, la trama de su relación com Fer fue cobrando mayor protagonismo, y David pasó a ser un personaje fijo más. "Menudas historias hemos tenido a lo largo de todo este tiempo", recuerda Adrián. "Nos ha pasado de todo, madre mía. Y nos han puesto a prueba a todos los niveles. Porque cada uno tiene su carácter, pasábamos muchas horas trabajando...". Javier solo ve el lado positivo de lo que apunta su compañero. "Ya echo de menos el vivir prácticamente en el plató. Formábamos una gran familia, y para mí era como estar en casa cuando estábamos grabando". Sabe de lo que habla, porque Javier Calvo realmente se ha criado en Física o Química. "Empecé los ensayos con quince años, he vivido mi adolescencia en la serie". Adrián vivió algo similar cuando, con diecisiete años, entró a formar parte del equipo de otra serie de éxito, Los Serrano.

S.E: ¿Cómo hace uno para no volverse loco cuando la popularidad le llega tan joven?

Adrián: Lo fundamental fue que mi familia y mi gente me siguiera tratando igual que siempre. Me hicieron ver que esto es un trabajo como cualquier otro, y que no por ser popular eres más o menos. Me crié en un barrio obrero normal y nunca he ido de nada.

Javier: Hay que tener claro que si la popularidad se te sube a la cabeza y te vuelves estúpido, te vas a comer los mocos.

UNA PAREJA ‘MÍTICA'

La relación de Fer y David ha dado mucho de sí a lo largo de la historia de Física o Química. Romántica en ocasiones, dramática en otras, delirante en algunas, intensa siempre. "Me encanta eso que dicen, que es la relación más mítica del Zurbarán", apunta Adrián sonriendo. "Con sus más y sus menos, pero ha llegado hasta el final". Javier continúa. "Que tengamos tanta confianza y que seamos tan amigos se ha notado. Confié mucho en Adrián desde el principio, aunque apenas nos conociéramos". Ellos son los primeros que han llorado lo suyo al ver que su amor en la ficción no se coronaba con boda, tal y como parecía que sería. "Debíamos haber rodado dos finales, como en Sin tetas no hay paraíso, la muerte y la boda", bromea Javier. "Pero no fue así. Y nunca se me olvidará cómo, después de rodar la secuencia de mi muerte, Adrián seguía llorando y no había quien le parara". El susodicho asiente. "Me metí tanto en la historia que lo pasé muy mal. ¡Yo quería que los personajes se casaran, hombre! Un final feliz hubiera molado". Javier se arranca de nuevo: "Es significativo que lo pasáramos mal cuando sufrían nuestros personajes. Y eso que yo soy un poquito más masoquista, y me gustaba que Fer sufriera".

S.E: ¿Os ha influido en algún momento la presión ejercida por blogueros y fans de la serie que criticaban cada nuevo giro de vuestra historia?

Javier: Es que la gente opinaba de cosas que no dependían de nosotros, sino de los guionistas. Sí notábamos la responsabilidad al leer los comentarios de toda esa gente que ha dicho que Fer les ha cambiado la vida, que nuestra historia les ha animado a luchar cada día para que les respetaran. Me encanta que haya tantos fans de la pareja, que se hacen llamar ‘fervidistas'.

Adrián: Cada vez que teníamos que grabar una secuencia bonita y superimportante, Javi me decía: "Venga, vamos a hacerlo bien, que esta aparecerá en las recopilaciones de momentos guays que cuelgan los fervidistas en YouTube". Y nunca fallaba, cuando mirábamos en YouTube siempre estaban las que él decía.

Javier: Estoy deseando ver los recopilatorios que monten una vez haya terminado la serie. Servirán para mitificar aún más esa relación.

S.E: ¿Incluso las recopilaciones de momentos de exhibicionismo gratuito los disfrutáis?

Javier: No tienen mayor importancia. Y eso que Adrián es mucho menos pudoroso que yo. Pero si tengo que salir desnudo en cualquier trabajo, lo hago sin problema.

Adrián: ¡A mí me han hecho quitarme lo más grande! Y tampoco me importa que esté todo ahí para quien quiera verlo, así queda para el recuerdo [risas].

S.E: La muerte de Fer ha suscitado todo tipo de comentarios. Los más críticos se quejan de que, una vez más, el personaje gay de una serie termina por ser un mártir...

Javier: Sabíamos que mucha gente se iba a enfadar. A mí, egoístamente, me apetecía interpretar su muerte, y también pensaba que al morir se convertiría en el personaje más recordado. Además, Física o Química arrancó en su día con la muerte del gran amor de Fer en ese momento, y termina con Fer soltando un monólogo dedicado al amor de su vida antes de morir. Era una buena manera de cerrar el círculo. Entiendo las críticas que han aparecido, aunque me gustaría que la gente se diera cuenta de que Fer ha sido tratado desde el primer día como un personaje más. No era cuestión de "vamos a matar al gay", sino de que iba a morir un personaje muy querido, y había que preparar un final grande para él. Que fuese gay era simplemente una característica más, y eso siempre lo he agradecido.

S.E: ¿Creéis que la serie ha contribuido a cambiar la perspectiva de muchos espectadores sobre las relaciones entre adolescentes gays?

Javier: Sin duda. Lo sé por todos los que me escriben. Aunque las cosas han cambiado más en las grandes capitales. Al fin y al cabo, nosotros reflejábamos la realidad madrileña. A saber qué sigue pasando en los institutos de los pequeños pueblos perdidos... Me parece a mí que sigue habiendo mucha gente que piensa "yo respeto a los gays, siempre que los vea por televisión".

S.E: ¿Alguna vez os han faltado al respeto a vosotros por interpretar a dos gays en la serie?

Javier: Alguna vez me han llamado maricón. Pero han sido dos o tres veces, no más.

Adrián: Pues mi experiencia ha sido distinta. Alguna vez me han preguntado si yo era gay y al decir que no, me han felicitado por mi trabajo. Pero la mayoría de los adolescentes que se han acercado a mí lo han hecho para insultarme: "¿Así que haces de gay, eh? ¡Maricón de mierda!". Con uno tuve una bronca gorda y acabé con la nariz rota. Suerte que, cuando he tratado con profesores y miembros de colectivos gays, te agradecen un montón el trabajo que has hecho.

RITMO DE LA NOCHE... MADRILEÑA

No es difícil encontrarse tanto a Javier como a Adrián disfrutando de la noche madrileña. Juntos o por separado, salen habitualmente de noche, y no por el hecho de ser populares, con lo que conlleva, se cortan. Adrián además tiene intereses profesionales puestos en la escena de clubs, dado que poco a poco se ha ido introduciendo en la música de baile. Lejos quedan los tiempos de Santa Justa Klan, el grupo teen del que formó parte en su momento junto a compañeros de Los Serrano. Ahora está muy interesado en el house, y prepara un álbum que comenzará a dar a conocer muy pronto, en el MADO Madrid Orgullo. No se olvidará, seguro, del tema Ready, que firmó junto a Josepo hace un año -la noche antes de nuestra entrevista lo estuvo interpretando en Kapital, una de las discotecas del centro en donde no es difícil tropezarse con él-.

A Javier, de vez en cuando te lo puedes encontrar pinchando junto a su amigo Pepino Marino, fotógrafo, en clubs indies como Ocho y medio o en sesiones como Es una fieshta! "Pero yo no tengo ni idea de pinchar", puntualiza. "Por eso si pongo música es en fiestas que organizan amigos. Que a mí me parece muy divertida, pero claro, no todo el mundo la entiende". Porque Javier es de esos DJs amateurs que ponen lo que gusta, y que no se cortan a la hora de petardear desde una cabina si el ambiente es propicio para el desmelene. Lleva tiempo sin pinchar, aunque seguro que ahora que pasa por una etapa más ociosa se volverá a animar.

S.E: Ya era hora de dejar el instituto de Física o Química, ¿no?

Adrián: Pues sí. En el Zurbarán hemos vivido toda una vida. Mi madre disfrutaba, siempre le ha gustado verme con mochila [risas]. Me decía "Ay mi niño, ¡otra vez en el colegio!". Como no era muy buen estudiante que digamos...

Javier: Tenía ganas de un cambio desde hace tiempo, y las caras se habían ido renovando poco a poco porque era necesario. Pero yo necesitaba que la historia de Fer tuviese un final, no quería irme sin más.

S.E: ¿Planes a la vista?

Javier: Se me ha caído una obra de teatro que tenía buena pinta, pero hay otras cosas por ahí. Nada del todo seguro, eso sí.

Adrián: Yo ahora voy a poder centrarme en la música otra vez. Estoy preparando un disco que me voy a autoeditar, y quiero ir sacando temas poco a poco. La música te aporta cosas distintas a la interpretación, y está bien ir alternando.

Javier: Es un momento interesante. No sabes bien qué te va a venir y eso hace que esta nueva etapa que iniciamos los dos resulte muy atractiva.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

El Madrid de Javier y Adrián

Han sido compañeros de serie y a la vez amigos. Ahora puede que ya no compartan plató en una temporada, pero seguirán saliendo juntos y disfrutando de la vida en Madrid. Descubramos algunos de sus rincones y actividades favoritos para sacarle el mejor partido a la capital.

* Un rincón.
- Adrián: El restaurante Malacatín (C/Ruda, 5). De vez en cuando vamos un montón de compañeros de la serie a comernos un cocido. Me encanta que si te lo comes todo, dicen que te invitan, ¡pero es que es imposible terminárselo!
- Javier: La calle Velarde. Me parece preciosa, está llena de tiendas de ropa vintage. Siempre que puedo me la recorro de compras.

* Un barrio por descubrir.
- Adrián: Huertas. Tenía ganas de conocerla mejor y desde que vivo en Santa Ana estoy encantado, mola mucho.
- Javier: La Latina. He ido a tomar cañas, a comer, a cenar, pero tengo la sensación de que me faltan muchos rincones por descubrir. Empezando por el Rastro. Nunca me he pasado un día entero allí.

* Un sitio donde sea fácil encontrarte.
- Adrián: En la discoteca Kapital (C/Atocha, 125).
- Javier: En la Fnac de Callao.

* Una sala de Madrid en la que os gustaría trabajar.
- Adrián: En cualquiera en la que pueda presentar mis canciones.
- Javier: Me encantaría actuar en el teatro Español.

* Un bar.
- Adrián: El Karrakela (Avda. de Burgos, 28). Está justo debajo de mi antigua casa. Se come de maravilla, y las especialidades de su cocina son navarras, como los karrakelas, unos caracoles típicos.
- Javier: El Rincón, en la plaza Juan Pujol.

* Un club.
- Adrián/Javier: Charada (C/de la Bola, 13).

* Un local de ambiente gay.
Javier: Fulanita de tal (Conde de Xiquena, 2).

* Un plan para el Orgullo.
- Adrián: Actuar. ¡Y lo voy a hacer!
- Javier: Ir a ver actuar a Adrián y subirme el día del desfile en la carroza de Shangay.

_________________
♥♥ Unos le llaman ADRIAN RODRIGUEZ, nosotros le llamamos IDOLO ♥♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Tatiana le Dim 12 Juin - 23:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adrianrodriguez.superforum.fr
Tatiana
Admin
avatar

Messages : 2528
Date d'inscription : 18/09/2010
Age : 29
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Dim 12 Juin - 23:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Javier est de Las Rozas ; Adrián, de Cornellà de Llobrega. Ensemble, ils ont déjà vécus beaucoup d’expériences à Madrid, tant en tournant Physique ou Chimie comme dans leurs moments de loisirs. Maintenant qu’ils font leurs adieux à la série dans laquelle ils ont interprété un couple qui a conquis des millions de télespectateurs, nous les accompagnons durant un jour de congé pour découvrir les endroits les plus connus récemment inaugurs dans la centre de la capitale, Madrid Río et le Mercado de San Antón.

Notre rendez-vous avec Adrián et Javier à eu lieu quelques jours après que l’avant avant-dernier épisode de Física o Química, diffusé sur Antena 3, surprenne avec un une formidable et inespérée part d’audience, compte tenu de sa moyenne habituelle dans sa septième -et dernière- saison. La raison ? La mort tragique de Fer, le personnage qu’a interprété Javier depuis le début de la série en octobre 2008. Un massacre provoqué par un étudiant déséquilibré du lycée Zurbarán qui a brisé pour toujours le couple auquel ont donné vie Adrián Rodríguez (David dans la série) et Javier (Fer) ces deux dernières années. Leur relation est celle qui a le plus fait parler de toutes celle proposé par la série tout au long de sa diffusion, elle s’est même converti en une référence pour beaucoup d’adolescents homosexuels qui ont remercié la normalité avec laquelle ils ont montrés leurs allés et venus dans la fiction.

Javier et Adrián sont les premiers à ne pas s’être encore remis du choc de voir que leur relation dans la série n’aura pas de suite. Même si ça leur fait bizarre de parler de la série au passé, car le tournage est pratiquement terminé. Pour Javier, ça a été quatre années de travail intense, pour Adrián la moitié. Le temps qu’ils ont partagé, ils l’ont passé sans se détacher et enchanté. Quatre saisons de fiction et vrais années durant lesquels Madrid s’est converti en la scène privilégié de leurs expériences.

JAVIER CALVO : Madrid est très important pour nous deux, elle a été fondamental dans toute l’expérience Física o Química. Adrián venait de Barcelone et il s’est installé ici, et moi, qui suit de Las Rozas, et même si j’ai toujours vécu ici (bien que j’ai des envies immenses de devenir indépendant), j’ai commencé à connaître toute la magie du centre de Madrid à la suite de la série. Tu prends des autobus et taxis pour rester avec les camarades et découvre un tas de coins et endroits. Nous tournons beaucoup d’extérieurs, sur la place Vázquez de Mella et aussi à Rosales. Maintenant ce que je veux, c’est aller vivre à Malasaña ou à La Latina. Pour moi Madrid est la ville parfaite.

ADRIÁN RODRÍGUEZ: Moi, il a fallu que je me débrouille. Je suis venu à vingt ans et c’est maintenant [à 22 ans] que j’y arrive mieux. Bon, quelque chose de désordre continue d’être en désordre dans ma cuisine, je ne me suis pas encore habitué….Ni à la circulation, tout ce stress absorde mon énergie. Bien qu’à la fois, j’adore le fait que Madrid soit une ville avec tant de mouvements à tout heure de la journée. Moi, qui n’aime pas non plus me lever tôt, j’hallucine que le lundi matin, avant midi, il y ait autant de « bordel » dans les rues.

Javier: Et j’adore que, étant une capitale, elle ressemble à un énorme quartier, où il est facile de rencontrer les gens que tu connais. Au final, tu as la sensation qu’on est tous au mêmes endroits

Adrián Rodríguez est arrivé dans Physique ou Chimie pour faire une brève collaboration avec un personnage important, David. Petit à petit, l’histoire de sa relation avec Fer est devenue l’une des intrigues principales, et David devenu un personnage fixe. « Quelles histoires nous avons eu durant tout ce temps » se souvient Adrián. « Mon dieu, on est passé par tout » Et ils nous ont mis à l’épreuve à tous les niveaux. Parce que chacun à son caractère, nous avons passé beaucoup d’heures à travailler. Seul Javier voit le côté positif de ce que note son partenaire. « Ca me manque déjà de vivre pratiquement sur le plateau. Nous formions une grande famille, et pour moi c’était comme être à la maison quand nous étions en train de tourner. » Il sait de quoi il parle, parce que Javier Calvo, a vraiment grandi avec Physique ou Chimie. « J’ai commencé les essais à quine ans, j’ai vécu mon adolescence dans la série ». Adrián a vécu quelque chose de similaire, quand, à dix-sept ans, il a commencé à faire parti de l’équipe, d’une autre série à succès, Los Serrano.

S.E. Comment faites-vous pour ne pas devenir fou quand la popularité arrive si jeune ?

Adrián: Le plus important a été que ma famille et mon entourage ont continué de me traiter à à l’identique. Ils m’ont fait comprendre que tout ça était un travail comme n’importe quel autre, et que mis à part être populaire, ça l’ai plus ou moins. J’ai été élevé dans un milieu ouvrier normal et je n’ai jamais manqué de rien.

Javier: Il faut savoir que si la popularité te monte à la tête et que tu deviens stupide, tu n’arrivera à rien.

UN COUPLE ‘MYTHIQUE'

La relation Fer et David a donné beaucoup tout au long de l’histoire de Physique ou Chimie. Romantique parfois, dramatique dans les autres, délirante dans certaines, toujours intense. « J’adore ce qui disent que c’est la relation la plus mythique du Zurbarán » racontre Adrián en souriant. « Avec ses plus et ses moins, mais elle est arrivée jusqu'à la fin » continue Javier. « Que nous ayons tant de confiance et que nous sommes si amis s’est vu. J’ai eu beaucoup de confiance en Adrián depuis le début, bien que nous nous connaissions à peine. » Ils sont les premiers à avoir pleuré pour eux à voir que leur amour dans la fiction ne se couronnait pas par un mariage, comme il semblait qu’il serait. « Nous aurons du tourner deux finals, comme dans en Sin tetas no hay paraíso, la mort et le mariage, plaisante Javier. « Mais ça n’a pas été comme ça, et je n’oublierai jamais comment, après avoir tourner la scène de ma mort, Adrián continuait de pleurer et il n’y avait rien à faire. L’interéssé assure « Je m’étais tellement mis dans l’histoire que je l’ai mal vécu. Je voulais que les personnages se marient, quoi. Un final heureux aurait plu » Javier reprend de nouveau « C’est significatif que nous le vivions mal quand nos personnages souffraient. Et pourtant je suis un peu plus masochisye, et il me plaisait que Fer souffre.

S.E: Ca vous a influé à certains moment, la pression exercé par les bloggeurs et fan de la série qui critiquaient chaque nouveau tournant de votre histoire ?

Javier: C’est que les gens pensaient des choses qui ne dépendaient pas de nous, mais des scénaristes. Oui, nous avons remarqué la responsabilité en lisant les commentaires de tout ces gens qui ont dit que Fer a changé leur vie, que notre histoire les a encouragé à lutter chaque jour pour qu’ils soit respectés. Ca m’enchante qu’il y ai tant de fans du couple, que se font appelé « Fervidistas ».

Adrián:
Chaque fois que nous devions tourner une jolie et superimportante scène, Javi me disait « Allez, viens on va le faire bien, celle là apparaitra dans les compilations des supers moments que les Fervidistas mettent sur YouTube ». Et ça ne ratait jamais, quand nous regardions sur YouTube, celle qui disait y était toujours.

Javier: Je souhaiterai voir les compilations qu’ils ont fait un fois la série terminé. Ils serviront à mythifier encore plus cette relation.

S.E: Même les compilations de moments d’exhibitionnisme gratuit, vous les profitez ?

Javier: Ils n’ont pas grande importance . Pourtant, Adrián est beaucoup moins pudique que moi. Mais si je dois me mettre nu pour n’importe quel travail, je le fais sans problème.

Adrián: Moi, ils m’ont fait retirer le plus grand. Et ça ne me dérange pas non plus qu’il soit tous là pour qui veut le voir, ainsi il reste pour le souvenir [rires].

S.E: La mort de Fer a suscité tout type de commentaires. Les plus critiques se plaignent, qu’une fois de plus, le personnage gay d’une série fini par être un martyre.


Javier: Nous savions que beaucoup de gens allait être en colère. Moi égoistement, j’avais envie d’interpréter sa mort, et aussi je pensais qu’après sa mort, il deviendrait le personnage dont on se souvient le plus. De plus, Physique ou Chimie a démarrer avec la mort du grand amour de Fer à ce moment-là et se termine avec Fer lachant un monologue dédié à l’amour de sa vie, avant de mourir. C’était une bonne de manière de fermer la bouche. Je comprend les critiques que ont été faite, bien que j’aimerai que les gens se rende compte que Fer a été traité dès le premier jour bien plus qu’un personnage. Il n’était pas question de « On va tuer le gay », sinon qu’allait un personnage très aimé, et il fallait préparer un grand final pour lui. Qu’il était gay était simplement une caractéristique en plus et ça je l’ai toujours remercier.

S.E: Croyez-vous que la série a contribué à changer la perspective de beaucoup de spectateurs sur les relations entre adolescents gays ?

Javier: Sans aucun doute. Je le sais par tout ceux qui m’écrivent. Bien que les choses aient plus changé dans les grandes capitales. En fin de compte, nous reflétions la réalité madrilène. A savoir que ça se produit toujours dans les instituts des petits villages perdus… Il me semble qu’il y a toujours beaucoup de gens qui pensent « Je respecte les gays, seulement si je les vois par la télévision.

S.E: Quelque fois, vous a-t-on déjà manqué de respect pour interpréter deux gays dans la série ?

Javier: Quelques fois ont m’a appellé pédé. Mais c’était deux trois fois, pas plus.

Adrián: Eh bien, mon experience a été différente. Quelques fois ont m’a demandé si j’étais gay et quand je leur disait que non, ils m’ont féliciter pour mon travail. Mais la majorité des adolescents qui se sont approchés de moi, l’ont fait pour m’insulter. « Alors, comme ça tu fais le gay, hein ? » Pédé de merde ! » Avec un j’ai eu une grosse dispute et j’ai fini avec le nez cassé. Par chance, quand j’ai traité avec les professeurs et membres de collectif gay, ils remercient énormément le travail que tu as fais.

RYTHME DE LA NUIT….MADRILENE

Il n’est pas difficile de tomber sur Javier et Adrián profitant de la nuit madrilène. Ensemble ou séparemment, ils sortent habituellement la nuit, et non pour le fait d’être populaires, avec ce que cela supporte, ils s’arrêtent. Adrián de plus, a des intérêts professionnels sur la scune des clubs, vu que petit à petit il s’est introduit dans la musique de danse. Ils sont loins les temps de Santa Justa Klan, le groupe teen dont il a fait parti en son moment avec ses partenaires de Los Serrano. Maintenant il est très intéressé para la house, et prépre un album qu’il commencera à faire connaître très bientôt, lors du MADO Madrid Orgullo. Il n’oubliera surement pas la chanson Ready, qu’il a signé avec Josepo il ya un an – la nuit avant notre interview il l’avait interprété à Kapital, une des discothèques du centre où il n’est pas difficil de tomber sur lui.

Javier, de temps en temps, tu peux le rencontrer avec son ami Pepino Marino, photographe, dans des clubs indies comme Ocho y medio ou dans des sessions comme Es una fieshta! « Mais je n’ai aucune idée du Djing » précise t-il. Pour cela si je met la musique c’est lors de fête que des amis organisent. Pour moi, c’est très amusant, mais bon, pas tout le monde comprend. » Car Javier est de ces DJs amateurs qui mettent ce qui plait, et qui ne se défilent pas à l’heure de s’amuser depuis une cabine si l’ambiance est propice à monter. Ca fait un moment qu’il n’a pas fait de DJing, bien que maintenant qu’il passe par une étape plus tranquille, il recommencera à animer.

S.E: Il était déjà temps de quitter l’institut de Physique ou Chimie, non ?

Adrián: Eh bien oui. Au Zurbarán, nous avons vécu toute une vie. Ma mère profitait, il lui a toujours plu de me voir avec un sac à dos [rires] Elle me disait « Mon fils, de nouveau au lycé » Comme je n’étais pas très bon élève nous dirions que...

Javier: Il avait envie de changement depuis le temps, et les visages avaient été rénover petit à petit car c’était necessaire. Mais moi, j’avais besoin que l’histoire de Fer eut une fin, je ne voulais pas partir sans plus.

S.E: Des plans à la vue ?

Javier: J’ai laissé passer une pièce de théatre que avait l’air génial, mais il y a d’autre chose par là. Rien de vraiment sur.

Adrián: Moi, maintenant je vais pouvoir me concentrer sur la musique encore une fois. Je suis en train de préparer un disque que je vais autoéditer et je veux sortir des chansons petit à petit. La musique t’apporte des choses différentes de l’interpréation, et c’est bien d’alterner.

Javier: C’est un moment interessant. Tu ne sais pas bien ce qui va arriver et cela fait que cette nouvelle étape que nous commençons tous les deux finit par être très attirante.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Le Madrid de Javier et Adrián

Ils ont été partenaires de série et à la fois amis. Maintenant il se peut qu’ils ne partagent plus de plateau pendant une saison, mais ils continueront de sortir ensemble et profiter de la vie à Madrid. Nous decouvrons quelques uns des leurs endroits et activités favorites pour les sortir dans les meilleures parties de la capitale.

* Un endroit.
- Adrián: Le restaurant El restaurante Malacatín (C/Ruda, 5). De temps en temps, avec une floppé de camarades de la série nous y allons manger un pot-au-feu. J’adore parce que si tu manges tout, ils disent qu’ils t’invitent, mais c’est que c’est impossible de tout finir !
- Javier : La rue Velarde. Elle me parait précieuse, elle est remplie de boutiques de vêtements vintage. Chaque fois que je le peux, je vais faire du shopping.

* Un quartier à découvrir.
- Adrián: Huertas. J’avais envie de la connâitre mieux et depuis que je vis à Santa Ana, je suis enchanté, ça me plait beaucoup.
Javier : La Latina. J’y ai été prendre des verres, manger, diner, mais j’ai la sensation qu’il me restent beaucoup de coins à découvrir. A commencé par le Rastro. Je n’ai jamais passé un jour entier là-bas.

* Un endroit où il soit facile de vous rencontrer.
- Adrián: A la discothèque Kapital (C/Atocha, 125).
- Javier : A la Fnac de Callao

* Une salle de Madrid dans laquelle vous aimeriez travailler.
- Adrián: N’importe laquelle où je pourrais présenter mes chansons.
- Javier : J’adorerais jouer dans un théatre espagnol

* Un bar.
- Adrián: El Karrakela (Avda. de Burgos, 28). C’est juste sous mon ancienne maison. On y mange merveilleusement bien, et les spécialités de leur cuisine sont navarraises, comme les karrakelas, quelques escargots typiques.
- Javier ; El Rincón, sur la plaza Juan Pujol.

* Un club.
- Adrián/Javier: Charada (C/de la Bola, 13).

* Un local d’ambiance gay.
- Javier: Fulanita de tal (Conde de Xiquena, 2).

* Un plan pour el Orgullo.
- Adrián: Jouer. Et je vais le faire!
- Javier: Aller et voir jouer Adrián et monter, le jour du défilé dans le char de Shangay



_________________
♥♥ Unos le llaman ADRIAN RODRIGUEZ, nosotros le llamamos IDOLO ♥♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adrianrodriguez.superforum.fr
missjuju10

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 23
Localisation : Saint Etienne (42)

MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Dim 12 Juin - 23:48

Merci Beaucoup Tatiana pour l'interview et
mercii Beaucoup pour la traduction
Je l'avais vu en Espagnol je n'avais pas tout compris =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Adry-Rodriguez-Fan.skyrock.com/
Laura

avatar

Messages : 742
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 24
Localisation : Savoie(73)

MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Lun 13 Juin - 0:17

Ils disent pleins de choses interessentes!! J'adore!! Encore Merci pour la traduc' I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FerDavidFan

avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Sam 18 Juin - 22:22

Dans l'interview à un moment Adrian et Javier font par de leur sorties Madrilène nocturnes:

Citation :
Javier, de temps en temps, tu peux le rencontrer avec son ami Pepino Marino, photographe, dans des clubs indies comme Ocho y medio ou dans des sessions comme Es una fieshta! « Mais je n’ai aucune idée du Djing » précise t-il. Pour cela si je met la musique c’est lors de fête que des amis organisent. Pour moi, c’est très amusant, mais bon, pas tout le monde comprend. » Car Javier est de ces DJs amateurs qui mettent ce qui plait, et qui ne se défilent pas à l’heure de s’amuser depuis une cabine si l’ambiance est propice à monter. Ca fait un moment qu’il n’a pas fait de DJing, bien que maintenant qu’il passe par une étape plus tranquille, il recommencera à animer.

Petite anecdote à ce sujet, le 17 juin Javier à refait le DJ au "Charada" avec Jaime Vaquero, le petit ami Angy Fernández de 01h00-05h00. Voici la photo qu'il a tweeté pendant les préparatifs de cette soirée...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatiana
Admin
avatar

Messages : 2528
Date d'inscription : 18/09/2010
Age : 29
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Mer 29 Juin - 17:06

Je suis entièrement d'accord Smile C'est vrai que l'interview est très intéressante! Pareil j'adoore, ils sont juste super tous les 2 ♥️♥️

Et merci pour la photo de Javi, Benoit Smile T'es vraiment super Smile Il est vraiment extra ♥️


_________________
♥♥ Unos le llaman ADRIAN RODRIGUEZ, nosotros le llamamos IDOLO ♥♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adrianrodriguez.superforum.fr
sylver18

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   Mar 23 Aoû - 7:36

Bon je sais que je suis toujours en retard pour les topics mais bon.... J'adore l'interview!! Je l'avais déjà lu sur un blog mais il n'était pas aussi complet. C'est vraiment chouette de voir qu'ils sont de super amis même après la série! J'aimerais tant venir en Espagne pour les rencontrer! Je rêve déjà d'aller dans les pays d'Europe, alors pouvoir les rencontrer se serais un honneur! J'aurais presque peur de devenir histérique ahaha! :p
ET Merci infiniment Tatiana pour toutes les traductions parce que mes cours d'espagnole au secondaire ne font pas long feu... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview pour Shangay Magazine "Javier Calvo et Adrián Rodríguez redécouvre Madrid Madrid / Entrevista para la revista Shangay "Javier Calvo y Adrián Rodríguez redescubren Madrid"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème avec lecteur de cartes
» Livre et magazine pour creation de sacs a main
» Interview avec Boussairi
» magazine bébé
» Abonnement pour enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adrián Rodríguez France :: ACTUALITE • ACTUALIDAD :: Vidéos et interviews • Videos y entrevistas-
Sauter vers: